Kashan, jardins et palais

Au milieu de ce grand nulle part se trouve Kashan, la première des grandes oasis qui se trouvent le long de la route entre Qom et Kerman. Cette ville abrite un magnifique jardin, dessiné sur ordre du Shah Abbas Ier, doté de bassins et de vergers.

Kashan renferme des chefs d’oeuvres de l’architecture traditionnelle persane, tels la maison des Boroudjerdi ou encore la résidence Khaneh Tabatabaei. L’histoire de la ville réside dans les quelque 300 vieilles maisons de bourgeois, aux apparences luxueuses, signe d’une richesse générée par les 2 000 ateliers de filature jusqu’au XIXe siècle. Kashan est située entre Téhéran et Isfahan. Elle fut renommée au Moyen Âge pour ses ateliers de céramique. En effet, le nom de la ville trouve son origine dans le nom persan désignant le carreau de céramique,kashi. Kashan est la première
des larges oasis le long de la  route entre Qom et Kerman, le long des déserts du centre de l’Iran. Son charme est donc principalement dû au contraste entre les immensités des déserts et la verdure des oasis bien entretenues. Le sultan Malik Shah de la dynastie seldjoukide y firent construire une forteresse. Les murs de cette dernière sont encore visibles aujourd’hui au centre de la ville. Le célèbre jardin Bagh-e, où le chancelier de NasseredinShah, Amir Kabir fut assassiné en 1852 se trouve à Kashan. L’astronome al-Kachi qui travailla avec le prince-astronome Oulough Beg à Samarcande était originaire de cette ville. Kashan a subi un tremblement de terre en 1778. Sur votre route, Kashan est la ville des poètes, ceux qui osaient conter l’amour et les femmes. Le parfum des roses d’Ispahan donne dans ces lieux une douceur de vivre dont le visiteur gardera l’un des meilleurs souvenirs de ce voyage dans le temps.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *