Natanz, la terre et le ciel

Natanz est une petite ville cachée derrière de luxuriants jardins, entourée de montagnes et abritant la Mosquée Jâmeh dont le minaret et le dôme en forme de cône se distinguent d’un quartier de maisons en terre par leurs mosaïques turquoise.

La renommée de Natanz ne vient pas que de cette mosquée historique, mais aussi de son usine de traitement et d’enrichissement d’uranium, découvert en 2002. Autour de la mosquée, le vieux
quartier de maisons en torchis est encore plus ou moins intact. Mais, ailleurs dans la petite ville, on remarque surtout l’état de ruine plus ou moins avancé de ces maisons en terre traditionnelles. Cet autre Iran, le voici : des vestiges qui suggèrent qu’à une époque (pas si lointaine !), l’homme était encore l’artisan de sa propre maison ; en témoignent les rondeurs des murs, la forme des escaliers, les angles arrondis des portes et fenêtres. Dans les maisons en terre (torchis), il n’y a pas d’angles droits ; tout suit la courbe naturelle que lui a donné la main de l’homme, mettant à profit les matériaux trouvés sous ses pieds : on ne peut rester indifférent à cet ensemble harmonieux et à l’atmosphère très spéciale qui s’en dégage. Les habitants de ce village de montagne mènent une vie paisible. Les femmes sont habillées de vêtements très colorés, voire fleuris. Natanz est une petite ville cachée derrière de luxuriants jardins, entourée de montagnes et abritant la Mosquée Jâmeh dont le minaret et le dôme en forme de cône se distinguent d’un quartier de maisons en terre par leurs mosaïques turquoise.
Natanz est une étape importante qui permet de comprendre les différences ethniques d’une nation
vieille comme le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *